Archive

Évaluation de la capacité des futurs enseignants en sciences à interpréter adéquatement les nouvelles scientifiques portant sur des études épidémiologiques

Résumé de mon mémoire en science de l’éducation:

Les versions journalistiques d’articles scientifiques portant sur des études de type épidémiologique posent des difficultés d’interprétation particulières pour les lecteurs. Les futurs enseignants en science au secondaire devraient être en mesure d’interpréter correctement ce type de nouvelle puisqu’ils pourraient avoir à soutenir leurs élèves à cet égard. Cette recherche visait donc à vérifier si les futurs enseignants sont en mesure d’interpréter adéquatement les informations qui se trouvent dans ces nouvelles et de caractériser l’interprétation qu’ils en font. Un questionnaire a été administré à trois groupes d’étudiants en éducation. Nous avions émis l’hypothèse qu’ils ne seraient pas en mesure de réagir adéquatement s’ils devaient se prononcer sur la signification concrète d’une nouvelle épidémiologique. Cette hypothèse a été vérifiée. Dans 30 % des cas, les sujets se sont prononcés en accord avec des affirmations erronées. Nous avions également émis l’hypothèse qu’ils ne seraient pas en mesure de justifier adéquatement leur position. En effet, ils y sont parvenus dans seulement 38% des cas. De plus, leurs réponses différaient des réponses proposées par les experts. Nous avions enfin émis l’hypothèse que le groupe qui avait un profil académique moins riche en science obtiendrait des performances inférieures. Cette hypothèse n’a pas été vérifiée. De plus, les sujets qui détenaient déjà un baccalauréat scientifique universitaire n’ont pas obtenu de performance supérieure à ceux qui n’en détenaient pas. Cette recherche semble indiquer qu’une compréhension de certains concepts propres à l’épidémiologie, en particulier celui de « facteur de confusion », pourrait être nécessaire pour parvenir à interpréter adéquatement les études épidémiologiques. Nous préconisons que les enseignants en science soient initiés à l’épidémiologie. Nous pensons que le même besoin existe pour les journalistes, puisque les difficultés de compréhension pourraient en partie provenir de la justesse des comptes rendus journalistiques de ce type d’étude.

Mémoire entier / PDF / Version simplifiée