Articles

Quelques pistes de solutions pour Le Devoir

La vague de sympathie #PourquoiLeDevoir sur Twitter a démontré l’attachement des québécois envers le quotidien centenaire, dont les difficultés financières récentes font craindre le pire à long terme.

Voici quelques pistes de solutions à explorer pour l'équipe du Devoir :

Republier les articles du quotidien sur plusieurs plateformes simultanément

Le Devoir devra considérer de republier les articles du quotidien sur les deux plateformes suivantes, qui sont présentement indisponibles au Canada mais ils devraient l’être bientôt.

Dans les deux cas, les plateformes permettront aux éditeurs de vendre leur publicité en gardant 100% de leurs revenus, ou 70% si c’est la plateforme qui les vend pour eux.

Je crois que ces plateformes sont une opportunité à saisir pour Le Devoir, d’autant plus que ces plateformes permettront d’éviter au moins en partie le problème du Adblocking, qui va s’accentuer avec l’arrivée de iOS9.

Mettre en place une équipe dédiée pour le développement des plateformes numériques

L’interface de Facebook, Medium ou même d’un site gouvernemental comme Gov.uk, fait constamment l’objet d’améliorations, et dans certains cas, plusieurs fois par semaine.

Pour faire évoluer la plateforme web du Devoir à une vitesse suffisante, il faudrait une équipe dédiée travaillant dans une approche agile, comme le font les startups. Il faudrait aussi à cette équipe un leader avec une bonne vision de la direction à prendre, avec une bonne compréhension technique et des bases solides en design d’interface.

Pour libérer les ressources financières nécessaires à ce réinvestissement, il faut non seulement chercher de nouveaux revenus mais aussi d’envisager un recentrage.

Envisager un recentrage sur sa mission

[Le Devoir] s’engage à défendre les idées et les causes qui assureront l’avancement politique, économique, culturel et social de la société québécoise. (Extrait de la mission du Devoir)

Avec le temps, Le Devoir a développé une foule de contenus qui semble s’éloigner de sa mission : actualité internationale, sports, arts de vivre. Est-ce bien essentiel à son rôle?

Bien-sûr, pour un temps encore, on voudra que la version papier soit assez complète pour plaire aux abonnées papier, mais pour combien de temps, sachant que cette version imprimée disparaitra un jour?

Développer une nouvelle version des applications mobiles

Tous ceux qui ont essayé l'application iPad sont unanimes pour affirme que l'expérience utilisateur de l'application est très en déca de ce à quoi on pourra s'attendre. C'est un chantier qui devrait être considéré avec énergie.

Valoriser le contenu existant

Les contenus existants, par exemple toutes les critiques de restaurants, ne sont pas disponibles dans un format utilisable en pratique. Pour accroitre leur utilité, il faudrait les réorganiser sous une autre forme. Par exemple, les critiques pourraient devenir répertoire géolocalisé, consultables sur mobile, voici une application mobile.

Encourager la donation (et micro-donation)

LeDevoir pourrait offrir la possibilité de faire un don pour encourager l’auteur d’un article à poursuivre son travail d’investigation, comme le font certains sites de nouvelles.

La donation peut également être présenté comme une forme de financement. un peu à la manière de Kickstarter, qui a déjà permis de financer des films (dont au moins un primé au Oscar), des investigations pourrait être financement par les lecteurs.

Il faudra cependant que le processus de donation soit simple et convivial, par exemple via un message texte, Paypal ou Square.

Encourager les dons planifiés

Certains citoyens, conscients du rôle de ce quotidien pour la démocratie québécoise, pourraient être intéressé à faire un don planifié (à leur décès). Ce type de dons, souvent fait par des gens qui n’ont pas d’héritiers, se chiffre fréquemment dans les centaines de milliers de dollars.

Poursuivre la refonte des gabarits du site

Le Devoir devrait investir beaucoup plus d’énergie dans l’optimisation de l’interface de son site, qui n’a que très peu changé depuis 2 ans.

Par comparaison, l’équipe de Medium passe un temps fou à optimiser l’expérience utilisateur et la mise en page du site. Des détails comme l’affichage des liens ont été perfectionnés avec le plus grand soin.

Le Devoir devrait refondre tous les gabarits pour les rendre adaptatifs et compatibles avec la taille d’un téléphone mobile, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Produire plus d’applications interactives

En 2013, la destination la plus populaire dans les pages web du New York Timesn’était pas un article mais plutôt une application interactive.

De la même façon, Le Devoir avait eu beaucoup de succès avec une application interactive en 2012 : le comparateur de programmes électoraux, qui s’est mérité un prix Boomerang. D’ailleurs, cette application cadrait parfaitement avec le rôle du Devoir, soit être une source d’information non partisane sur la politique québécoise. Dommage que l’initiative n’a pas été répétée pour la dernière élection.

Il faudrait multiplier ce genre d’initiative.

Vendre les données structurées accumulées

Certaines enquêtes journalistiques permettent d’accumuler de données structurées (ex: nombre de chirurgie par centre hospitalier, nombre de plainte, etc). Or, à l’instar de ProPublica ou IRE, Le Devoir pourrait vendre ce genre de données, ou bien les offrir gratuitement, selon le cas.

ProPublica (bien-sûr dans un contexte différent), tirerait déjà des revenues de 30000$ par mois de la vente de données.